© PNR Massif des Buages
Centre de ressources

Donner à voir un autre urbanisme de campagne par les représentations graphiques du paysage ?

Objectifs : 

La gouvernance consiste à voir le pouvoir politique dans une démocratie comme devant d’abord passer par le participatif avant le représentatif.
En bref : travailler en accord avec les habitants est un pré-requis nécessaire qui doit précéder l’accord avec les élus. Le paysage se prête particulièrement bien à cela : théâtre d’action des activités humaines, il est naturellement un champs de participation de tous.

L’idée de gouvernance se confond ainsi avec la vocation des Parcs régionaux de « mettre en cohérence » les politiques locales plutôt que gouverner au sens dur. Ainsi le paysage peut mieux que d’autres choses être travaillé par la gouvernance. Dans les Causses du Quercy, où l’éloignement relatif vis-à-vis des grands centres de décisions est réel et le contexte largement rural, le paysage implique d’emblée les acteurs.

Contexte : 

Dans le cas du Quercy on peut parler de « rural profond ». Pourtant les villages ne sont pas à l‘abri de poussées d’urbanisation ponctuelles et dans un avenir proche, les choses risquent d’ailleurs de s’accentuer.

On peut s’attendre localement à des poussées d’extension urbaine pas forcément contrôlées. Les enjeux ne sont pas seulement paysagers mais aussi économiques et sociaux. Les innovations architecturales et urbaines, ou le développement d’une économie durable dans tous les sens du terme, seraient une garantie de qualité de vie pour les moins riches, autant qu’une cause de maintien des populations dans le territoire.

Démarches et résultats : 

Le Parc a fait le projet de se doter d’une charte paysagère comme moyen de mettre en œuvre une approche globale de l’espace. L’enjeu immédiat étant la sensibilisation et la mobilisation des élus locaux. Un des axes d’action est le séminaire de travail avec les élus locaux afin de les accompagner et de leur permettre d’envisager par eux-mêmes les pistes d’études et de réalisations urbaines de leur territoire.

L’enjeu est double : leur apprendre à se représenter l’espace avec des outils appropriés et les mettre au fait de pratiques urbaines possibles ou existant ailleurs.
La nouvelle charte paysagère doit s’appuyer sur un diagnostic précis des représentations et des attentes en paysage de la population. C’est en même temps une occasion pour nouer autour de thèmes de reconnaissance commune un regard consensuel sur le paysage en place.

Côté projet, c’est donc un plan d’étude et d’animation préparé depuis novembre 2007 qui est programmé sur 6 mois à partir du printemps 2008. Il se donne pour mission d’employer l’outil photographique sur un mode rigoureux d’enquête sociologique. Il est prévu que cette étude fasse l’objet d’animations sous forme d’ateliers, de réunions ou encore d’expositions itinérantes.

Atouts et limites : 

Deux choses manquent principalement, la compétence urbaine des élus et une vision personnelle autant que collective des ressources du paysage existant et des possibilités du paysage futur.
 Un autre problème est la panne de l’intercommunalité ne raison de la ruralité profonde et par la nature géographique et sociologique à l’intérieur du Parc.

Région : 
Occitanie
Type d'intervention : 
Participation - gouvernance - concertation

Fédération des Parcs naturels régionaux de France

9 rue Christiani
75018 Paris
Tél. 01 44 90 86 20