© PNR Massif des Buages
Centre de ressources

Les corridors écologiques dans des atlas communaux

Objectifs : 
  • Connaître l’infrastructure naturelle et le fonctionnement des espaces naturels du territoire.
  • Identifier des corridors qui puissent assurer des continuités écologiques fonctionnelles et préserver la biodiversité du territoire.
  • Permettre au Parc de disposer des outils nécessaires pour argumenter et anticiper au mieux sur les projets d’aménagement.
Contexte : 

Le Parc naturel régional de Lorraine abrite de nombreux espaces naturels sensibles, dont certains constituent des zones sources pour un certain nombre d’espèces (zones d’étangs, de prairies, de mares salées, les vallées de la Meuse et de la Moselle…). Dans ce cadre, il porte une responsabilité forte au niveau régional, ainsi qu’au plan national et européen, pour la préservation de ces milieux et des espèces qui y vivent et s’y déplacent. Pourtant, lors de la définition du tracé et de l’implantation de la ligne TGV-Est, la Charte ne faisait pas de référence explicite à la notion, encore nouvelle, de corrifdors écologiques. En l’absence d’arguments scientifiques, le Parc n’a pas pu négocier efficacement auprès de Réseau ferré de France (RFF), un tracé qui puisse respecter des éléments de continuité dans les habitats. Au final, le territoire du Parc est coupé en deux, interdisant le passage d’un bon nombre d’espèces emblématiques au sein de leurs milieux de référence.

À l’aube du projet de second tronçon de la ligne TGV-Est, le Parc s’est engagé comme un des premiers Parcs pilotes pour expérimenter l’identification et le maintien de corridors sur la base de la méthode établie par la Fédération des Parcs naturels régionaux de France. Il désirait ainsi consolider un argumentaire pour tout projet futur d’aménagement et intégrer à sa Charte des éléments qui lui permettent d’anticiper ce type de rupture. La nouvelle charte du Parc, adoptée en 2003, se donne pour objectif de « conserver ou restaurer si nécessaire les relations fonctionnelles écologiques entre les milieux ».

Démarches et résultats : 

Constatant ses limites d’intervention auprès des aménageurs, le Parc naturel régional de Lorraine a mis en place, dès 1993, le programme d’« Observatoire du patrimoine naturel », finançant le développement d’outils de connaissances des espaces naturels, par le biais de crédits régionaux, européens, étatiques, départementaux. Ce programme permet de faire l’inventaire du patrimoine naturel du territoire en répertoriant les milieux naturels et les espèces remarquables commune par commune. Les données acquises sont stockées, géoréférencées et cartographiées grâce à la mise en place d'un SIG. Les données agglomérées dans un « Atlas communal » constituent une ressource importante sur laquelle le Parc va s’appuyer pour optimiser l'identification des corridors et pour les faire prendre en compte par les décideurs et aménageurs.

Le Parc va utiliser ce recueil d’informations écologiques et biologiques, complété par des inventaires ZNIEFF (Zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique) et Natura 2000, pour identifier et qualifier les réseaux écologiques de son territoire sur la base de l’approche ECONAT, préconisée par la FPNRF. Les réseaux et espèces ont été ciblés en amont par le Conseil Scientifique du Parc et les premières validations scientifiques ont officialisé la démarche. Les données sont progressivement agglomérées au 25 000ème dans l’Atlas communal.

L’étape suivante consiste à identifier et cartographier les corridors écologiques ainsi que des corridors biologiques plus spécifiques sur les zones humides, les mares salées, et les espèces parapluies emblématiques des réseaux et «sous-réseaux» identifiés. L’intérêt de la démarche réside dans l’impact que ses résultats peuvent avoir dans les décisions d’aménagement. Dans cette optique, le principe final de l'« Atlas communal » est de mettre à disposition des communes une information scientifique qui leur permettra de prendre les décisions d’aménagement de leur territoire dans le respect des milieux naturels.

Cette information leur est restituée sous forme d’un document personnalisé enrichi de cartographies, de photos et de fiches thématiques. Dans leur visée opérationnelle, ces « atlas communaux » serviront de supports pour aider les communes à intégrer les propositions de corridors dans leurs documents d’urbanisme et leurs projets d’aménagement. Au delà de cet outil, le Parc a initié avec les collectivités concernées le processus d’intégration des corridors dans les documents d’urbanisme (PLU, SCOT…). Est également initié la réalisation d’un observatoire des réseaux écologiques précis sur le futur tracé de la Ligne grande vitesse afin d’éviter que l’histoire ne se répète.

Atouts et limites : 

L’acquisition en interne d’un outil de connaissance du patrimoine naturel permet de faciliter la définition des corridors et de disposer de meilleurs arguments scientifiques pour qu’ils soient pris en compte dans les projets.
Toutefois, il s'avère difficile de produire assez rapidement de l'information cartographique, alors qu’en attendant de nombreux projets d'aménagements et de mise en place d'infrastructures continuent à fragmenter le territoire. Un premier rendu plus précis de la définition du réseau écologique doit être présenté au Conseil régional de Lorraine.

Type d'intervention : 
Participation - gouvernance - concertation

Fédération des Parcs naturels régionaux de France

9 rue Christiani
75018 Paris
Tél. 01 44 90 86 20