© PNR Massif des Buages
Centre de ressources

Organisation de la filière bois en Chartreuse

Objectifs : 

Organiser la filière-bois.

Contexte : 

Créé en 1995, le Parc naturel régional de Chartreuse, situé en région Rhône-Alpes sur les départements de l’Isère, de la Savoie bénéficie d’un contexte forestier plutôt dynamique : 62 % de forêts sur son territoire, dont 46 % de forêts publiques, et une quinzaine de scieries artisanales implantées sur le massif.
Dès 1999, le Parc a affirmé sa volonté de développer la filière bois sur l’ensemble du territoire qui le compose. Cette volonté tient compte de la ressource naturelle importante constituée par la forêt, du tissu d’entreprises qui transforment 60 000 m3 de bois par an, ainsi que des charpentiers et autres entreprises de deuxième transformation.

Démarches et résultats : 

Dès 1992, le Parc naturel régional de Chartreuse, le CRPF et le groupement de sylviculteurs de Chartreuse ont commencé à travailler ensemble. En 1998, ce partenariat s’est concrétisé par la création d’un poste de technicien forestier financé par les trois structures. Cette mise en commun d’une personne est particulièrement bénéfique pour les protagonistes qui bénéficient ainsi d’une vision globale des problématiques forestières sur le territoire : le Parc apporte la compétence d’animation territoriale, le CRPF et le groupement des sylviculteurs, les compétences forestières et la crédibilité vis-à-vis des acteurs forestiers du territoire. En se dotant ainsi d’un technicien forestier, le Parc de Chartreuse s’affiche comme un acteur central du milieu forestier en Chartreuse. Une commission forêt et filière bois, incluant les propriétaires privés et publics, les scieurs, les charpentiers et les architectes est parallèlement mise en place.
Les premiers travaux se sont tournés vers la création de dessertes forestières. Le Parc a encouragé la structuration des groupements de sylviculteurs, Isère et Savoie, et, grâce au soutien de la DDAF, a contribué à la réalisation de plusieurs dizaines de km de routes forestières.

Puis, à partir d’un voyage d’étude organisé à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, en 1999, le Parc a initié une réflexion avec les producteurs, scieurs, charpentiers et architectes du territoire, sur la valorisation des bois de Chartreuse. Ce voyage a été le point de départ du développement de la dynamique bois en Chartreuse. Celui-ci s’est montré à l’écoute des acteurs et de leurs attentes. Ceux-ci, dans un contexte de marché soumis à une forte concurrence, et compte tenu des contraintes topographiques et stationnelles pesant sur l’exploitation forestière, souhaitaient maintenir et valoriser ce secteur économique non négligeable pour le territoire (présence de 15 scieries transformant 2/3 de la production du massif).

Le Parc a alors formalisé d’autres partenariats : avec l’interprofession du bois en Isère, Créabois, avec l’ONF, avec le Comité interprofessionnel du Bois de Chartreuse (CIBC) et avec la coopérative forestière des Alpes, la COFALP, pour des actions de propositions de gestion collective lors de la création de route forestière.
Grâce ces nombreux partenariats, le Parc a jeté les bases d’une argumentation en faveur de la valorisation de la filière bois en Chartreuse.

Missionnée par le Parc, Créabois a réalisé une étude sur la production des scieries. Celle-ci a identifiée les secteurs avec de forts enjeux, les manques, les maillons faibles à renforcer.
En 2003, de nouveau sous l’impulsion du Parc, l’association interprofessionnelle s’est alors lancée dans un projet de caractérisation structurelle des bois de Chartreuse. Cette étude rejoint l'objectif d'attribution aux bois de Chartreuse de la première appellation d'origine contrôlée à des produits forestiers. Elle vise à démontrer la qualité mécanique des bois de Chartreuse, à identifier les moyens de mesure physique les plus appropriés au tri des bois de Chartreuse, et à préciser la gamme de produits pour lesquels il y a un intérêt à solliciter une AOC.
Enfin, toujours grâce à l’interprofession Créabois, le Parc a oeuvré à la mise en place un centre de séchage des bois sur le territoire. Ce centre implanté à Saint Pierre d’Entremont, est alimenté par la chaufferie bois de la collectivité. Le séchage des bois donne une plus-value aux sciages locaux : 3 semaines suffisent pour faire baisser le taux d’humidité de 60 à 20 %, et à terme, les bois séchés bénéficient d’une meilleure résistance mécanique et biologique. En 2005, 800 m³ de sciages ont été traités. S’agissant d’un projet à caractère collectif, la région Rhône-Alpes a financé le séchoir à hauteur de 30%. Deux entreprises privées locales, Chartreuse Energie et Chardon frères charpentiers, ont investit à titre privé.

Atouts et limites : 

La dynamique forestière locale engendrée par le Parc de Chartreuse résulte d'un travail progressif de concertation et de médiation avec l’ensemble des acteurs de la filière. L’appui du Parc, tout d’abord tourné vers les acteurs de l’amont de la filière (propriétaires et exploitants), s’est vite élargi à l’ensemble des acteurs. Cette approche globale est garante de la cohérence territoriale des actions entreprises et permet de motiver l’ensemble des acteurs autour d’un projet commun : la valorisation des bois de Chartreuse.

Date de mise à jour : 
Vendredi 10 fév 2012
Région : 
Auvergne-Rhône-Alpes
Type d'intervention : 
Participation - gouvernance - concertation

Fédération des Parcs naturels régionaux de France

9 rue Christiani
75018 Paris
Tél. 01 44 90 86 20