© PNR Massif des Buages
Centre de ressources

Préservation des mares

Objectifs : 

Entretien, restauration et création de mares en veillant à pérenniser leurs usages.

Contexte : 

A l’image de nombreuses autres régions, le Parc des Caps et Marais d’Opale fait face au constat d’une régression importante du nombre de mares sur son territoire. La principale cause de cette disparition est la perte d’usages sur les mares. Ces dernières étaient en effet autrefois importantes aux yeux des habitants locaux pour leur utilité domestique (point d’eau avant l’arrivée de l’eau courante), cynégétique, économique (abreuvement du bétail)...
Peu à peu, l’image de ces milieux a changé et ils ont été considérés comme insalubres, ce qui a favorisé leur remblaiement ou leur abandon.

Les mares sont également victimes de la détérioration globale de la qualité des eaux de surface (charge importante en MES, ou pollution par des produits chimiques…) ainsi que du développement d’espèces exotiques envahissantes (Rat musqué, Jussie, Myriophylle du Brésil, Renouée du Japon…). Les mares sont cependant un support d’accueil important pour la biodiversité. Afin de préserver les mares présentes sur son territoire et conforter le réseau de ces dernières, le PNR des Caps et Marais d’Opale a lancé en 2000 un « Programme mares ». Ce programme a pour objectif la connaissance et l’inventaire des mares du territoire, la réalisation d’opérations de restauration et création de mares ainsi que la mise en place d’actions de sensibilisation.

Démarches et résultats : 

Volet Restauration et création de mares Le premier programme (2000-2007) s’adressait essentiellement aux adhérents de GIC (Groupements d’Intérêts Cynégétiques) pour les mares à vocation cynégétique (mare de repos pour les canards, d’abreuvement pour le gibier…). Le second programme (2008-2011) visait à renforcer les actions réalisées, en développant les échanges techniques et scientifiques dans le cadre d’un programme de coopération européenne INTERREG IVa LNA (Landscape and Nature for All) France (Manche)/Angleterre (partenariat du Kent). En 2012-2013, l’appui du programme FEDER permet de poursuivre la dynamique. Il est désormais ouvert à tous les propriétaires (chasseurs, agriculteurs, forestiers, particuliers, collectivités…) sur l’ensemble des communes du territoire du Parc (152), avec une priorité pour les communes n’ayant pas bénéficié du premier programme ainsi que pour celles qui sont déficitaires en mares.

Les actions sur les mares sont réalisées soit à la demande des propriétaires, en réponse à des appels à projets du Parc dans les médias (sous réserve de la qualité du projet), soit en contactant directement les propriétaires de secteurs où la densité de mares est faible et où le réseau mériterait d’être conforté. Le principe du programme est d’entretenir, restaurer ou créer des mares qui doivent présenter un usage (abreuvement du bétail, lutte contre l’érosion des sols et des inondations, intérêt cynégétique, lutte contre les incendies, outil pédagogique…). Cet usage est indispensable pour garantir un entretien de la mare par la suite. Les mares sont réalisées de manière à faciliter l’accueil de la faune et de la flore: ces milieux représentent en effet un habitat potentiel pour 1/3 de la faune et la flore patrimoniale au niveau régional. L’intérêt est également fort en ce qui concerne la continuité écologique (trame verte et bleue). Pour les projets de création, le Parc réalise en amont un diagnostic préalable du terrain et du sol pour déterminer le mode d’alimentation de la mare, l’emplacement (tarière)…

Pour rentrer dans le cadre du programme, le profil doit correspondre à un cahier des charges précis :

  • mare en milieu agricole et/ou boisé
  • profil en pente douce inférieure à 30%
  • profondeur comprise entre 1m et 1m50 - surface comprise entre 50 et 500 m² 

Les travaux sont réalisés par des entreprises spécialisées munies d’engins adaptés, en privilégiant la proximité géographique par rapport à la localisation du chantier. Les mares réalisées étant inférieures à 1000 m², il n’est pas nécessaire de réaliser une déclaration ou une demande d’autorisation au titre de la Loi sur l’Eau. Seule une demande d’autorisation à la mairie est nécessaire. Le programme permet de financer à 80% les travaux (frais engendrés par le creusement ou la restauration) et le matériel (clôture, pompe de prairie…). En ce qui concerne les mares communales, le Parc finance à 100%. Une convention est passée ensuite avec le propriétaire, qui s’engage à une gestion durable pendant 10 ans (pas d’épandage, pas d’introduction d’espèces végétales, pas de travaux de gestion hors période août-décembre…). L’entretien de la mare est alors à la charge des propriétaires.

Un suivi naturaliste est réalisé périodiquement, en fonction de la date de création des mares, afin de mesurer l’efficacité des aménagements et de voir si les mares ont été recolonisées par la faune et la flore. A minima, un passage est effectué l’année suivant la création. Il existe également la MAE « maintien du bocage boulonnais » qui propose une participation financière, notamment pour la restauration de mares. Cette mesure a deux variantes : soit un entretien annuel pour les mares en mauvais état de conservation, soit un entretien plus épisodique à raison de 2 interventions sur 5 ans. Ce type de MAE peut concerner 70% du territoire. Elle est financée par la Région et l’UE. Volet Sensibilisation Des programmes pédagogiques sur les mares sont également conduits par le Parc. Ainsi, en 2003-2004, des lycéens volontaires ont été sensibilisés aux problématiques environnementales, par le biais d’un chantier de restauration et le recensement de mares dans le secteur de la vallée de Hem.

Entre 2004 et 2007, un programme pédagogique proposé par le Parc a permis aux élèves de BTS GPN de recenser les mares sur les communes de l’Audomarois. En ce qui concerne les mares pédagogiques, l’Association Nord Nature Chico-Mendès a mis en place en 2004 une opération « Label Mare » au travers d’un programme régional, pour la création de mares écologiques et pédagogiques. Cette opération permet la mise en œuvre d’une mare aménagée et d’un projet pédagogique (animations, classeur pédagogique « Planète Mare », formation permettant l’appropriation des outils), financés par le Conseil Régional Nord Pas-de-Calais, le Conseil Général Pas-de-Calais, le programme INTERREG IVa et l’Agence de l’Eau Artois Picardie.

Depuis 2004, 10 mares ont été créées sur le territoire du Parc. Au delà des scolaires, le Parc met œuvre d’autres actions dans le but de sensibiliser le grand public :

  • L’édition et la diffusion du « Guide technique de la mare » (2e version 2009)
  • La participation à la « Fête des mares » : opération de sensibilisation régionale pour la sensibilisation et la découverte des mares, organisée par le Groupe MARES Nord-Pas-de-Calais en juin.
  • La participation à l’opération « Fréquence Grenouille » : campagne de sensibilisation nationale en faveur de la préservation des zones humides et de la faune et la flore inféodées, organisée par les Conservatoires d’espaces naturels et se déroulant chaque année de mars à mai.
  • La mise en œuvre de l’opération « Barrière amphibiens » à Condette : mise en place d’un dispositif de protection pour les grenouilles, les crapauds et les tritons le long de la route départementale qui sépare le site d’hivernage (forêt) et le site de reproduction (étangs), afin d’éviter la forte mortalité provoquée par la migration prénuptiale nocturne au printemps. Les batraciens contraints de longer la barrière de bâches plastiques, tombent dans des seaux enterrés. Durant plusieurs mois, ils sont ramassés au petit matin et transportés d’un côté ou l’autre de la barrière pour qu’ils puissent rejoindre l’étang ou la forêt. Cette action, qui se déroule en mars, est valorisée lors de « Fréquence Grenouille ».
  • L’organisation de formations pour les propriétaires et les gestionnaires pour la création ou l’entretien des mares. Il s’agit de s’assurer qu’une veille minimale est mise en place pour garantir la qualité du milieu et de prévenir ou régler les problèmes d’envahissement des mares par certaines espèces. Résultats/Perspectives : Près de 200 mares ont été crées ou restaurées depuis 2000. La grande majorité représente des mares prairiales des espaces bocagers du territoire. Seules quelques mares forestières ou en espaces cultivés ont été réalisées.

En 2010, les premières mares à incendie ont été créées (4 mares, dont deux homologuées par le service incendie du département). Dans la mise aux normes des bâtiments, il est nécessaire de prévoir une réserve pour accéder facilement à l’eau (cuve enterrée ou mare, moins chère). Cette action constitue un levier important pour la préservation des mares. Les bâtiments agricoles sont parfois situés près de bouches incendie non adaptées ou sont hors réseau. La création de mares est donc une solution envisageable pour les agriculteurs qui ont besoin de se mettre aux normes. Un guide technique « Utilisation de mares pour la défense contre les incendies et l’amélioration de la biodiversité » a été réalisé fin 2011. L’intégration des mares dans les projets Interreg a permis d’échanger sur de nombreux points (études, actions pédagogiques, techniques de gestion…) et de faire évoluer les actions des différents partenaires.

Plusieurs actions sont prévues à moyen terme :

  • La poursuite des travaux de restauration/création de mares (10 projets par an en 2012-2013)
  • Des formations à l’entretien
  • Une étude sur les réseaux locaux de mares et leur fonctionnalité
  • Un suivi faune/flore des mares En ce qui concerne les opérations de sensibilisation, 40 animations ont été réalisées.
Date de début : 
2000
Région : 
Hauts-de-France
Type d'intervention : 
Information - communication
Partenaires : 

Région, FEDER, Groupe MARES du Nord-Pas-de-Calais

Coût projet : 

80000

Fédération des Parcs naturels régionaux de France

9 rue Christiani
75018 Paris
Tél. 01 44 90 86 20