© PNR Massif des Buages
Centre de ressources

Vers la gouvernance par le paysage

Objectifs : 

La gouvernance consiste à voir le pouvoir politique dans une démocratie comme devant d’abord passer par le participatif avant le représentatif. En bref : travailler en accord avec les habitants est un pré-requis nécessaire qui doit précéder l’accord avec les élus. Le paysage se prête particulièrement bien à cela : théâtre d’action des activités humaines, il est naturellement un champs de participation de tous.

L’idée de gouvernance se confond avec la vocation des Parcs régionaux de « mettre en cohérence » les politiques locales plutôt que gouverner au sens dur. Ainsi le paysage peut mieux que d’autres choses être travaillé par la gouvernance. Dans la Brenne, où l’éloignement relatif vis-à-vis des grands centres de décisions est réel et le contexte largement rural, le paysage implique d’emblée les acteurs.

Contexte : 

Le Parc de la Brenne voit ses enjeux, sa gestion et ses évolutions différer selon ses deux paysages, étangs, landes, prairies et forêt de la Grande Brenne, forêt et bocage de la Petite Brenne et du Boishaut. Du coté des étangs, se trouve le patrimoine naturel qui a justifié la création du Parc, avec un enjeu de protection de zone humide d’intérêt majeur. La charte constitutive ne mentionnait pas le paysage comme axe d’action. Sa gestion a donc été l’apanage des naturalistes.

De zone naturelle isolée, le cœur du Parc est en train de devenir un désert humain auquel on ne sait pas quel type de gestion conviendra à l’avenir. Côté bocage, le paysage a été une approche plus facilement reconnue du fait de l’occupation humaine et agricole plus dense. Pourtant, malgré l’intérêt des touristes et des nouveaux venus pour le paysage de bocage, le dialogue n’est pas noué avec les agriculteurs qui sauraient encore s’en occuper.

Démarches et résultats : 

Qualifiée par la charte de 1997, la mission paysage s’oriente vers un travail accru sur le bocage. La phase expérimentale explore différente piste avec des communes volontaires : inscription de haies comme éléments structurants du paysage dans son document d’urbanisme, réalisation d’un plan de gestion du paysage de bocage autour d’un sentier de découverte.


Le Parc cherche à faire participer tous les acteurs en les faisant partager leurs visions du paysage. L’objectif à long terme est de préserver le bocage en lui donnant une place d’infrastructure durable, agro environnementale dans le futur. Rouvrir les lieux de parcours et donner accès aux paysages nécessitent de nouer un dialogue avec les propriétaires et les agriculteurs, heureux que l’on valorise leur patrimoine. Les différentes actions du Parc entrent dans le cadre d’une vision inter-territoriale. Le bocage devient un lieu d’échange et de mutualisation d’expérience entre le Parc et les territoires voisins.

Atouts et limites : 

En s’appuyant sur les associations et les acteurs de la société civile le Parc invente une nouvelle forme de gouvernance. Néanmoins les observations et les actions entreprises montrent que la maîtrise de l’urbanisme devient une nécessité dans une perspective durable et rurale.

Région : 
Centre-Val de Loire
Type d'intervention : 
Participation - gouvernance - concertation
Tags : 

Fédération des Parcs naturels régionaux de France

9 rue Christiani
75018 Paris
Tél. 01 44 90 86 20