Identification et inventaires des forêts anciennes et matures Perspectives d’action en faveur de la préservation de ces espaces

Dates de publication de l'offre : 
Mercredi 31 oct 2018 - Dimanche 13 Jan 2019
Type d'emploi : 
Stage
Catégorie de métier : 
Gestion des espaces naturels
Nom de l'organisme : 
Parc naturel régional du Verdon
Contexte : 

Le Parc naturel régional du Verdon concilie sur son territoire préservation de la biodiversité et soutien aux activités économiques. La forêt est à l’interface de ces enjeux.
En pleine révision de sa charte de Parc et en cours d’élaboration de sa trame verte et bleue, le PNR Verdon souhaite relancer sa stratégie forestière en identifiant plusieurs entrées : la ressource forestière, le sylvopastoralisme, les forêts anciennes et matures – et plus largement la biodiversité forestière, les risques, le changement climatiques et les paysages.
Afin d’avoir un état des lieux complets pour sa nouvelle stratégie forestière, et à plus long terme pour la nouvelle charte du Parc en 2023, et dans le cadre de l’élaboration de la Trame Verte et Bleue, le Parc du Verdon souhaite caractériser les évolutions en matière d’occupation des sols et identifier les réservoirs de biodiversité. Pour cela il souhaite notamment identifier sur son territoire les forêts anciennes et les forêts matures.
Une forêt est dite mature lorsqu’on y trouve des arbres qui ont dépassé leur âge d’exploitabilité et du bois mort en quantité importante et diversifiée - bois mort au sol, bois mort dans le houppier – à divers stades de décomposition. Ces arbres sont des habitats, notamment les espèces dépendantes des cavités (oiseaux, chauve-souris, insectes et champignons). De plus, la présence de bois mort en forêt est cruciale pour l’écosystème forestier : une espèce forestière sur quatre en a besoin pour tout ou partie de son cycle de vie ! Or 25 à 50% de ces espèces dont menacées dans les forêts européennes.
On considère qu’une forêt est ancienne quand elle est présente de manière continue depuis au moins deux cents ans. Ici c’est bien l’ « état boisé » qui est ancien et pas forcément les arbres qui sont âgés. Les coupes peuvent s’être succédées maintenant un état boisé où les arbres ne dépassent quasiment pas leur âge d’exploitabilité. On a alors des peuplements jeunes sur un sol forestier âgé. Il est communément acté que certaines espèces forestières sont plus fréquentes en forêt ancienne :
- soit parce qu’elles dépendent des caractéristiques du sol qu’ont conservées les forêts anciennes ;
- soit parce que leur capacité de dispersion est limitée : suite à un défrichement, elles ont disparu, et n’ont pas eu le temps de recoloniser le site depuis (certains chiffres avancés pour les plantes de forêt ancienne situent la vitesse de colonisation à 40 m / siècle). Cela ne concerne pas uniquement les plantes, mais aussi certaines espèces d’insectes, de champignons, d’arthropodes, etc.

Pour identifier et préserver ces forêts, le Parc du Verdon propose un stage de 6 mois avec pour objectifs :

• La digitalisation des cartes Minutes de l’État-Major en s’appuyant sur le protocole INRA et sur la méthode de digitalisation numérisée développée par le Parc National des Écrins ;
• L’identification des surfaces de forêts anciennes et de forêt matures afin d’analyser les dynamiques d’évolution des surfaces forestières du territoire (analyse des cartes des Minutes de l’État-Major, études cartographiques complémentaires, étude de photographies aériennes), rencontres de gestionnaires forestiers, étude des aménagements forestiers… ;
• L’évaluation des enjeux de préservation liés spécifiquement aux forêts anciennes et aux forêts matures ;
• Le test d’indicateurs de caractérisation de la naturalité des forêts (ex. protocole WWF ou adaptation d’un protocole Indice de Biodiversité Potentielle (IBP) avec proposition de mise en place de placettes, réalisation d’inventaires… ;

Mission : 

Le stage aura lieu sur une période de 6 mois, février/mars à août/septembre 2019 et comportera les étapes suivantes :
• Appropriation du sujet à travers une analyse bibliographique (caractérisation et spécificités des forêts anciennes, analyses comparatives des effets de la maturité vs l’ancienneté des forêts…) ;
• Digitalisation des Minutes de l’État-Major, identification des forêts présumées anciennes sur le Parc, par comparaison SIG de la carte ancienne et de la carte forestière actuelle ;
• Échanges avec les gestionnaires forestiers du territoire, les partenaires techniques et les référents thématiques du Parc, afin de saisir les enjeux locaux en matière de biodiversité forestière ;
• Sur la base de la littérature, des échanges techniques et de l’expérience de terrain proposition d’une sélection d’indicateurs simples et pertinents pour évaluer localement la naturalité d’une forêt. Construction d’un protocole de relevé de ces indicateurs ;
• Sélection, sur la base de critères environnementaux (présence d’espèces patrimoniales…) et sylvicoles (ancienneté, historique et type de gestion, …) d'un échantillon de forêts pour la mise en œuvre du protocole ;
• Expérimentation d’un protocole « Naturalité » sur le terrain (traitement des données, analyse statistique pour la définition et la caractérisation des différents types de peuplements forestiers avec leur points forts et points faibles “biodiversité”…) ;
• Rédaction d’un rapport de stage, comprenant une note méthodologique, la synthèse et l’interprétation des résultats obtenus.

Profil : 

Niveau de formation supérieure exigé dans le domaine l’environnement avec un intérêt affirmé et des compétences en matière d’écologie forestière (Master 2 en écologie ou ingénieur forestier en dernière année) :

• Bonnes connaissances naturalistes : outre l’écologie forestière, des connaissances plus spécifiques dans l’un ou plusieurs des domaines suivants seraient appréciées : botanique, chiroptérologie, entomologie ;
• Connaissance des techniques de base de gestion forestière ;
• Maîtrise des outils informatiques suivants : pack office (Word, Excel, PowerPoint), logiciel SIG (ArcGis ou QGis), logiciels de traitement statistique ;
• Aisance dans le travail de terrain et l’orientation ;
• Aisance dans la rédaction et la synthèse de documents ;
• Aisance relationnelle : la•e stagiaire devra rencontrer des partenaires forestiers et des propriétaires privés
• Autonomie dans la réalisation des missions ;
• Bonne capacité d’initiative et d’organisation ;
• Esprit d’équipe et capacité d’adaptation.

Informations complémentaires : 

• Durée et type de contrat : Stage de 6 mois
• Date de début de la mission : Février/mars 2019
• Localisation : Maison du Parc, Domaine de Valx, 04360 Moustiers Sainte-Marie
• Convention de stage obligatoire
• Gratification de stage : 3,75€/heure de travail effective (sous réserve d’actualisation du montant pour l’année 2019)
• Durée hebdomadaire de 40h/semaine sur la base d’un temps complet, conformément au protocole ARTT de la structure ;
• Transport : permis de conduire et véhicule personnel obligatoires
• Facilités : mise à disposition de ressources documentaires, téléphone fixe, tablette de terrain ; ordinateur fixe, bureau et véhicule de service (sous réserve de disponibilité), accès aux postes SIG de la structure (ordinateurs partagés -planning de réservation) dans le cadre des missions.
• Sous réserve de disponibilité : possibilité de bénéficier d’un hébergement avec chambre « type dortoir » dans une annexe habitée de la maison du parc.

Coordonnées pour postuler: 

Email : ebarrandon@parcduverdon.fr

Parc naturel régional du Verdon
Domaine de Valx
04360 Moustiers Sainte-Marie

Fédération des Parcs naturels régionaux de France

9 rue Christiani
75018 Paris
Tél. 01 44 90 86 20
 

randomness