© PNR Massif des Buages
Centre de ressources

Discours de Michaël Weber, clôture du Congrès des Parcs naturels régionaux

Monsieur le Ministre, Alain Vidalies, Secrétaire d’Etat chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche,

Monsieur le Préfet,

Mesdames et messieurs les parlementaires

Monsieur Nicolas Thierry, vice président en charge de l’environnement et la biodiversité, représentant le Président de la Région Nouvelle Aquitaine, Alain Rousset et représentant Philippe Richert, Président de l’Association des Régions de France,

Monsieur Benoit Faucheux, conseiller régional de la Région Centre, président de la commission environnement à l’association des régions de France,

Monsieur Jean Luc Gleyze, président du Conseil départemental de la Gironde,

Monsieur Dominique Coutière, vice président du Conseil départemental des Landes, représentant le Président Henri Emmanuelli,

Mesdames et Messieurs les élus régionaux et départementaux,

Monsieur le Président du Parc des Landes de Gascogne, Cher Renaud,

Mesdames et Messieurs les élus et techniciens du Parc des Landes de Gascogne,

Mesdames et Messieurs les représentants des partenaires des Parcs,

Mesdames et Messieurs les Présidents, élus, directeurs et techniciens des Parcs,

Mesdames et Messieurs,

 

Chers amis,

 

Merci Messieurs les représentants des Départements de la Gironde et des Landes pour vos messages. Votre implication est importante dans le Parc des Landes de Gascogne et nous pouvons le saluer. Merci à vous cher Jean Luc Gleize qui avez fait le choix de montrer votre attachement à ce Parc en restant vice président aux côtés de Renaud Lagrave.

 

Nous voici arrivé au terme de ces journées rassemblant la grande famille des Parcs. Un congrès riche en débats et en échanges, un congrès que j’ai voulu résolument placer sous le signe de l’optimisme.

 

Je vous invite à transmettre sur vos territoires la ferveur que nous avons partagé pendant ces 3 jours.

 

Soyons fiers d’être ce que nous sommes et de ce que nous faisons, au service des acteurs et populations de nos territoires. A l’aube du 50e anniversaire de la création des Parcs en 1967 par le Général de Gaulle, les Parcs défendent des valeurs d’humanité, de rassemblement, de dialogue, du bien vivre ensemble en harmonie avec notre environnement.

 

Des valeurs fondamentales qui prennent toute leur signification dans un monde en ébullition, qui se cherche, et où les extrémismes divisent.

 

Notre slogan « une autre vie s’invente ici » nous devons plus que jamais le conforter, le concrétiser, le diffuser.

Le thème de notre Congrès « Homme-Nature », le contrat en question, les réseaux en action », est au cœur de notre action depuis 50 ans.

 

Fort de ses expériences et innovations, de ses réalisations concrètes, le réseau des Parcs, doit continuer d’être un laboratoire de cette recherche de conciliation entre le développement économique et social et la préservation de notre environnement et de ses ressources.

 

Je vous remercie toutes et tous pour votre contribution à cette réflexion et pour la richesse de nos débats durant ces journées. Merci aux intervenants, aux animateurs des ateliers, au public assidu et participatif.

 

Je remercie les membres du Conseil d’Orientation, de Recherche et de Prospective de la Fédération et son Président François Colson pour leurs contributions. J’ai exprimé mercredi matin lors de votre réunion mes attentes à l’attention des scientifiques, qu’ils soient au CORP ou dans nos conseils scientifiques. Nos projets politiques ont besoin d’être nourris par vos réflexions.

 

Merci à Marjorie Jouen de nous avoir présenté, avec toujours autant de talents et d’esprit de synthèse, les conclusions de nos travaux.

 

 

Enfin, merci aux élus et à l’équipe des techniciens du Parc des Landes de Gascogne qui, hier après-midi, lors des visites de terrain, ont présenté de très intéressantes réalisations, illustrant ainsi concrètement le thème du congrès.

 

Cette réflexion sur la relation Homme Nature que nous avons engagée en 2015 lors de notre Université d’été doit aboutir au courant de l’année 2017, année des 50 ans, à la rédaction d’un manifeste. Ce document doit nous permettre de construire demain une relation renouvelée entre l’ Homme et la nature  dans la société.

 

Je souhaite que chacun des Parcs puisse contribuer à ce manifeste en répondant d’ici la mi-décembre aux questions que vous a présenté Marjorie Jouen dans sa synthèse.

 

Ces questions vous seront adressées dans les prochains jours, à vous de voir dans chaque Parc, comment vous vous organisez pour y répondre.

 

Ce sera notre feuille de route du premier semestre 2017. Des échanges auront lieu au sein du CORP, la réunion des Présidents de Conseils scientifiques des Parcs en février, et l’Assemblée générale de la Fédération fin mars-début avril permettront, je le souhaite, d’aboutir à la rédaction d’un document finalisé avant l’été.

 

En parallèle de ce travail, nous réaliserons une étude sur les valeurs spécifiques de valeurs ajoutées des Parcs avec l’appui d’une équipe d’universitaires. L’objectif est de montrer par des analyses quantitatives et qualitatives ce que les Parcs apportent à leur territoire.

 

Ce travail et le manifeste sur la relation Homme Nature seront présentés et diffusés à l’occasion des manifestations que nous organiserons en octobre 2017 pour les 50 ans.

 

Enfin, cet anniversaire sera aussi l’occasion d’écrire une nouvelle page pour notre réseau, de fixer un nouveau cap et de nouvelles ambitions pour les Parcs. Nous y travaillerons au début de l’année prochaine, j’en ai parlé lors de mon intervention de mercredi.

 

Mais ces 50 ans doivent aussi permettre de communiquer en direction du grand public. Un film avec Yann Arthus-Bertrand diffusé sur France 2, un marché des produits des Parcs à Paris, un partenariat avec la société du Tour de France ainsi que d’autres projets sont en préparation. Vous en serez informé plus précisément dans les semaines à venir.

 

Cet anniversaire doit être l’occasion de transmettre à nos partenaires institutionnels et au grand public un certain nombre de messages sur notre réseau et ses perspectives pour l’avenir.

 

Monsieur Nicolas Thierry, représentant le Président Alain Rousset et le président des Régions de France, Philippe Richert, les régions sont les premiers partenaires des Parcs naturels régionaux.

 

Elles ont la compétence et l’initiative de la création des Parcs ; elles sont nos principaux contributeurs financiers.

 

Les Parcs sont des outils exceptionnels d’ingénierie locale, de médiation, de mise en œuvre et de coordination des politiques publiques et pour les Régions en particulier.

 

Les Parcs véhiculent une image positive auprès du public et participent à l’attractivité économique et touristique des Régions.

 

Dans un contexte de contrainte budgétaire, il faut réfléchir sur les nouvelles relations que doivent avoir les Régions avec leurs Parcs sans remettre en cause les missions fondamentales des Parcs confortés par la récente loi sur la biodiversité.

 

Dans de nombreuses régions, les Parcs se sont constitués en réseaux régionaux. J’invite les Présidents de Parcs à engager un dialogue avec leur Région pour envisager l’avenir et établir un partenariat de confiance, constructif et loyal. Les Parcs sont un atout pour les Régions et des territoires d’expérimentation et d’innovation sur lesquels les Régions doivent s’appuyer. Les régions doivent communiquer sur les parcs qui mettent ainsi en valeur leurs richesses patrimoniales.

 

Elles le font pour l’essentiel. Au delà des difficultés financières, je sais que l’essentiel des conseillers régionaux sont convaincus de l’utilité de notre investissement territorial grâce à notre ingénierie de haute qualité. Puissent ils être entendus par les exécutifs régionaux ! Je sais aussi l’attachement personnel de Philippe Richert, habitant au cœur du Parc des Vosges du Nord, et qui a parlé de son parc avec conviction. Je connais l’engagement de cette région, Mr le Vice Président, votre engagement personnel, aux côtés d’Alain Rousset qui soutient le parc du Médoc qui sera examiné en avis intermédiaire la semaine prochaine au CNPN et du Pays Basque qu’il a appelé publiquement de ses vœux.

 

A contrario, notre déception a été grande concernant le projet de Parc des Sources et Gorges de l’Allier. Les communes se sont prononcées très majoritairement en faveur de ce projet, les intercommunalités, les deux départements et la Région unanimement pour ce parc. Mais c’était avant le renouvellement régional de décembre. Le Conseil National de Protection de la Nature et la Fédération des Parcs ont été dithyrambiques avec le projet qui nous était proposé. Et pourtant le Président de la Région Auvergne Rhône Alpes a proposé à ses élus de se dédire.

 

Quel dommage... Je regrette que le temps de discussion supplémentaire que nous appelions tous de nos vœux n’ait pas été mis à profit.

 

Ce qui m’a interpellé plus encore c’est l’argumentaire. En réponse aux arguments qui ont été déployés je dénonce ce à quoi certains veulent nous réduire ! Par notre ingénierie de territoire nous investissons sur le parc, ce n’est pas du fonctionnement, c'est un investissement permanent de nos équipes de techniciens pour développer nos territoires ruraux. Et puis c’est un projet politique, construit, voulu, coordonné par les élus. Et je regrette le lobbying de quelques chasseurs et agriculteurs qui ont obtenu la chute de ce parc sur la base de faux arguments en refusant la discussion ouverte que nous proposions.

 

Au delà de l’acte politique assassinant cette dynamique de territoire, je veux retenir l’exemplarité des élus porteurs de ce projet qui sont restés soudés et me réjouir de la mobilisation de la population qui a soutenu toutes les initiatives locales. Je prends acte aujourd’hui de la fin de ce projet puisque l’assemblée générale de dissolution de l’association de préfiguration est prévue dans les prochains jours.

 

Nous devons nous enrichir de ces enseignements, et nous battre pas à pas pour montrer ce qu’apportent les parcs sur nos territoires. Mesdames et messieurs les conseillers régionaux, je l’ai annoncé à l’instant la Fédération a missionné une étude confiée à des universitaires démontrant par quelques indicateurs précis l’impact territorial des parcs. Il servira les parcs, mais il faudra vous l’approprier aussi, vous êtes les premiers signataires de la Charte, cela vous engage aussi à une plus grande exemplarité sur nos territoires.

 

Reconnaissez nous ce rôle d’innovation et d’expérimentation. Amoindrir nos finances de façon trop conséquentes c’est prendre le risque de nous réduire à des gestionnaires alors que nous souhaitons être des incubateurs de politiques territoriales.

 

Chers amis, je suis persuadé que nous sommes aujourd’hui au tournant d’une époque. L’organisation de nos territoires à évolué, et ce mouvement va se poursuivre, l’exigence d’efficience des financements publics émane aujourd’hui de nos concitoyens, la nécessité de répondre aux attentes des populations rurales, la solidarité entre ville et campagne en particulier sur la question énergétique peut être une chance pour nous et nous offrir de nouvelles opportunités.

 

 J’entends l’exigence exprimée par les Régions pour nous recentrer, j'attends qu’on nous dise précisément sur quoi ! Les questions environnementales oui, nous le revendiquons, nous sommes prêts à être les pivots des politiques environnementales sur nos territoires, mais nous ne pouvons être réduit à cela. L’aménagement, les questions d’énergie, l’urbanisme sont des sujets sur lesquels les acteurs locaux nous sollicitent en permanence,  et pour lesquelles nous avons montré nos capacités d’actions.  

 

 

Monsieur le Ministre Alain Vidalies, je, nous vous remercions de votre présence en clôture de ce Congrès.

 

Vous avez été président du Parc des Landes de Gascogne il y a quelques années et vous connaissez l’implication des élus et des équipes de Parcs pour le développement et la préservation de leur territoire.

 

Les questions des déplacements et de la mobilité durable dans nos territoires ruraux sont importantes pour leur développement et leurs attractivités économiques. De nombreux Parcs travaillent sur ce sujet ; développement des mobilités douces, création de centrale de mobilité, co voiturage, transports à la demande, déplacements entre domicile et lieux de travail situés souvent dans les centres urbains périphériques aux Parcs.

 

Mais les Parcs expérimentent aussi de nouvelles façons de travailler dans leurs territoires pour éviter les déplacements : tiers lieux, espaces co-working, télétravail. Le Haut débit en territoires ruraux peut nous rendre plus attractif, je suis persuadé qu’il y a là une carte à jouer, une chance à saisir si nous savons rester dans l’exemplarité et la qualité de nos territoires.

 

Dans votre domaine de compétence, vous avez aussi la mer. Les Parcs littoraux et d’Outre Mer travaillent sur l’évolution du trait de côte liée au changement climatique, anticipent et expérimentent sur cette question qui devient, dans certains Parcs, préoccupante notamment en terme d’agriculture, d’urbanisme, d’environnement et de paysage. Un groupe de travail associant tous les Parcs littoraux sera prochainement mis en place pour anticiper ces évolutions et échanger leurs expériences et pratiques.

 

Le Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer est notre Ministre de tutelle. J’ai remercié mercredi Barbara Pompili de son soutien sans faille à notre réseau. Je rejoins dès demain la délégation qu’elle mène en Guyane.

 

La récente loi pour la reconquête de la Biodiversité de la Nature et des Paysages qu’elle a brillamment défendue au parlement, conforte les Parcs dans leurs missions. Soyez en remercié.

 

Tout ceci doit nous permettre d’envisager l’avenir avec sérénité, mais aussi avec vigilance quant aux moyens accordés par l’Etat et les collectivités territoriales pour la mise en œuvre de nos programmes d’actions.

 

 

Monsieur le Ministre, Monsieur le Représentant des Régions de France, la double responsabilité de l’Etat qui classe les Parcs et des Régions qui ont l’initiative et donc la compétence pour les créer est une originalité que nous voulons conserver et qui fait notre force.

 

Les Parcs ont réussi durant 5 décennies à s’inscrire dans le paysage institutionnel français malgré les très nombreuses évolutions qui ont pu traverser cette période. La richesse et la qualité de nos territoires, notre implication dans le développement responsable et durable de nos espaces, le caractère innovant de nos actions et démarches, notre rôle de médiateur entre des intérêts parfois divergents sont autant d’acquis des Parcs !

 

Comme je le disais dans mon discours mercredi, en ouverture du Congrès, nous devons maintenant écrire une nouvelle page de la vie des Parcs et nous projeter dans l’avenir.

 

Cet exercice doit nous mobiliser toutes et tous avec enthousiasme, motivation et force. Je crois en nos capacités d’aller de l’avant et comme disait mon regretté ami Michel Dinet, Président du Département de Meurthe-et-Moselle « ils sont 100, nous sommes seuls, encerclons les ! »

 

Nous avons tant de nouvelles choses à imaginer pour demain. « Une nouvelle vie s’invente ici ».

 

Permettez moi de finir par quelques remerciements.

 

Je souhaite adresser mes remerciements, vos remerciements, à Jean Louis Joseph, président d’Honneur de la Fédération qui m’a précédé pendant 14 ans. Cher Jean Louis, tu as marqué d’une empreinte indélébile cette Fédération des Parcs. Je sais le plaisir que tu avais à présider ce réseau, j’ai appris beaucoup à tes côtés, je suis aujourd’hui impressionné par l’œuvre conséquente qui est la tienne.

 

Je me dois, par ailleurs, de saluer et de remercier tous les très nombreux partenaires qui soutiennent notre Fédération :

Les différents ministères de l’Ecologie, de l’Agriculture, de la Culture, des Affaires étrangères, de l’Aménagement du territoire.
Les Régions qui adhèrent toutes à la Fédération
Les très nombreux partenaires : la Caisse des Dépôts, l’Agence Française de Développement, le Fonds français pour l’Environnement mondial, l’ONF, le CNFPT, RTE, GRT Gaz, La Poste
et les 51 Parcs naturels régionaux sans lesquels la Fédération n’existerait pas.

 

Enfin pour l’organisation de ce congrès 2016, j’adresse, en votre nom, mes très chaleureux remerciements au Parc des Landes de Gascogne, à son Président, cher Renaud, à son Directeur, Philippe Ospital, aux élus de ce territoire et à l’équipe du Parc et, en particulier Dominique la coordinatrice qui ont réussi à relever le défi de cette lourde organisation dans ce lieu extraordinaire de l’Ecomusée de Marquèze et dans les 6 communes où se sont tenus les ateliers. Merci à la région Aquitaine, aux départements des Landes et de la Gironde, au Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer pour les financements qui ont permis la tenue de ce Congrès

 

Merci aussi à la Fédération des Parcs, à son directeur Pierre Weick, à Nathalie, Dominique , Olivier  et à toute l’équipe fédérale.

 

Merci à vous tous, amis des Parcs, ambassadeurs de nos missions. Vous êtes le sel de notre réseau, soyez fiers de ce que l’on porte ensemble et sachez diffuser sur vos territoires la force de conviction que nous avons partagé ensemble durant ces 3 journées.

 

Vive les parcs naturels régionaux de France.

Type de document : 
Actes
Année du document : 
2016
Date de mise en ligne : 
Jeudi 13 oct 2016
Dernière mise à jour : 
13/10/2016
Parc: 
Landes de Gascogne

Fédération des Parcs naturels régionaux de France

9 rue Christiani
75018 Paris
Tél. 01 44 90 86 20