© PNR Massif des Buages
Centre de ressources

La myrtille sauvage d’Ardèche

Objectifs : 

Créer une dynamique au croisement :

  • du développement économique d’une filière,
  • de la gestion de landes d’intérêts communautaires
  • de renforcement de savoir-faire agricoles particuliers.
Contexte : 

L’Ardèche constitue le premier département producteur de myrtilles sauvages avec près de 400 t cueillies. Ces paysages emblématiques, comme beaucoup de milieux agropastoraux, sont aujourd’hui en forte diminution. En 20 ans, le potentiel de production est passé de 1200 T à 400 t environ (0 à 5 t/ha). Plusieurs facteurs expliquent cette tendance : concurrence de la myrtille cultivée, concurrence de Pays d’Europe de l’Est, vieillissement de la population récoltante (cueillette familiale), production sauvage irrégulière et aléatoire…
Ce fruit de montagne, cueilli à la main, 100% naturel, exige un entretien régulier et très souvent manuel, donc difficilement compatible avec les pratiques agricoles actuelles.

De Valgorge à Saint-Agrève, de la Cévenne aux Boutières, la myrtille pousse sur un tiers du département de l'Ardèche. Son territoire se confond avec celui du Parc Naturel Régional des Monts d'Ardèche, et se prolonge sur la Montagne Ardéchoise.

Tapissant le sol sous les châtaigniers ou plus en altitude sous formes de landes, la myrtille est aujourd’hui malheureusement doublement menacée par la dépopulation et la concurrence étrangère. Outre son intérêt économique dans le cadre d’une agriculture extensive diversifiée, la myrtille représente un enjeu important pour la gestion de l’espace et la qualité des paysages. » (Charte constitutive du PNR des Monts d’Ardèche, page 41)

Démarches et résultats : 

Une structuration et un accompagnement des initiatives locales (promotion, communication) ont permis d’amorcer le travail en faveur de la production de myrtilles sauvages. Ont suivies des phases d’études (organoleptiques, biochimiques), de travaux (rénovation de la myrtilleraie) et d’accompagnement technique (mise en place de CAD).

L’implication du Parc, à l’origine, porteur et organisateur du marché de la myrtille, a permis de constituer un noyau fédérateur de producteurs qui se sont organisés ensuite en association. Dans les actions de promotion de la myrtille sauvage , de nombreux acteurs sont associés : Chambre d’agriculture, Goutez l’Ardèche, restaurateurs locaux, associations Bio… Les actions de rénovation de la myrtilleraie ont associées, ONF, DDAF, Chambre d’Agriculture, etc.

Atouts et limites : 

Les actions de promotion ont assuré à la myrtille sauvage une notoriété, à l’origine d’une augmentation du prix de vente au Kilo. Les exploitations productrices ont ainsi vu augmenter leur revenu sur un atelier souvent complémentaire de productions en difficulté. Ces conséquences économiques ont redorées le blason d’une production qui souffrait d’une image passéiste et aujourd’hui les surfaces de myrtilleraies entretenues ont tendance à augmenter.

Cette démarche peut être transposée sur les zones de production potentielle de myrtilles sauvages. Mais elle tient essentiellement au fait qu’un groupe d’agriculteurs se soit constitué pour valoriser et promouvoir cette production. Le Parc, fédérateur et initiateur d’une dynamique collective a été un élément clé et essentiel dans cette réussite.

Région : 
Auvergne-Rhône-Alpes
Type d'intervention : 
Promotion
Partenaires : 

ONF, DDAF, chambres d'agricultures, associations

Fédération des Parcs naturels régionaux de France

9 rue Christiani
75018 Paris
Tél. 01 44 90 86 20