© PNR Massif des Buages
Centre de ressources

La politique urbaine et paysagère du Parc

Objectifs : 

Le plan de référence de la Charte du Parc naturel régional Oise-Pays de France traduit de manière cartographique les problématiques relevées dans la Charte.

S’écartant de la logique du zonage, il dresse un état des lieux répertoriant :

  • la destination des sols, suivant des aplats de couleurs représentant l’espace agricole, la forêt, les secteurs urbanisés…
  • les secteurs d’intérêt et de sensibilité paysagère, ainsi que les fonds de vallées et les espaces connexes au réseau hydrographique, sous forme de trames ;
  • les corridors écologiques et les liaisons biologiques dont la préservation, voire la reconquête, sont des objectifs majeurs du Parc ;
  • les sites d’intérêt écologique, sous forme d’espaces cernés, concentrant les habitats remarquables, les espèces floristiques et faunistiques rares du territoire Afin de maîtriser l’étalement urbain et pour assurer une économie intelligente de l’espace, la Charte du Parc pose comme premier principe de privilégier, avant toute extension, la densification à l’intérieur des villages.

Ensuite, si extension urbaine il doit y avoir, le but est de l’orienter sur des sites préférentiels définis au regard des logiques agricoles, écologiques, urbaines et paysagères.

A cet effet, le plan de référence de la Charte matérialise par un soulignage des « franges de croissance urbaine », pour chacune des communes. Elles sont nommées « Méristèmes ». Ce terme de botanique est repris pour identifier les tissus existants, anciens ou récents, à partir desquels un développement urbain cohérent est possible et préférable. A cette étape, ces « méristèmes » ne sont qu’indicatifs, et servent de base de sensibilisation et de réflexion. Ils seront confirmés, précisés et/ou modifiés par des études urbaines communales.

Pour mettre en œuvre sa politique paysagère et urbaine, le Parc développe deux outils complémentaires :

  • le Plan de paysage (observation externe, menée par unité paysagère et permettant de situer les communes concernées dans un contexte paysager global).
  • l’étude urbaine (définir de l’intérieur, à partir d’une lecture historique et typo- morphologique, les conditions de développement du bâti et les actions à mettre en œuvre) que les communes s’engagent, dans la Charte du Parc, à réaliser avant toute extension urbaine et/ou avant toute élaboration/ révision de PLU.

Ces deux dispositifs sont complémentaires ; le but à terme est de les articuler sur tout le territoire. D’autre part, afin de compléter le dispositif, le Parc propose la réalisation d’un cahier de recommandations architecturales recherchant les spécificités architecturales de chacune des communes du Parc.

Contexte : 
  • Des communes qui s’engagent en demandant la réalisation des études urbaines
  • Des services de l’Etat qui s’engagent en sollicitant aussi les communes pour qu’elles réalisent ces études urbaines avant toute élaboration ou révision de leur document d’urbanisme et afin que les études urbaines soient prises en compte dans les documents d’urbanisme
  • Des budgets importants pour faire face à la demande des communes et pour pouvoir solliciter des bureaux d’études compétents
  • Un rapport de confiance devant s’établir entre les élus de la commune, le Parc et le bureau d’études.
Démarches et résultats : 

Le Parc réalise des plans de paysage, à l’échelle des unités paysagères du territoire, pour traduire et mettre en œuvre les orientations de la charte à l’échelle locale. Ils ont pour objectifs de :

  • Réaliser une analyse paysagère, à l’échelle de l’unité paysagère, et ainsi affiner la connaissance paysagère du territoire.
  • Identifier les dynamiques locales (évolutions prévues dans les documents d’urbanisme, projets d’aménagement, devenir de certaines activités gestionnaires de l’espace, etc.) et définir, de manière consensuelle, un projet local pour que l’évolution du territoire réponde aux attentes locales et s’inscrive dans les objectifs de la charte.
  • Mettre en œuvre le projet local, notamment par la réalisation d’un programme d’actions.

Document de sensibilisation et d’aide à la décision, ils n’ont pas de valeur prescriptive mais proposent un projet pour valoriser le paysage. C’est un guide destiné aux acteurs locaux (communes, maîtres d’ouvrage, gestionnaires de l’espace) pour intégrer les préoccupations paysagères dans leurs réflexions.

L’objectif est aussi de donner, par le biais de cette démarche, la parole aux acteurs locaux et aux habitants. L’étude urbaine a pour objectifs, à partir d’un diagnostic précis du paysage à l’échelle du territoire d’inscription du village, puis d’une étude fine du tissu, d’une part de définir les conditions de développement du bâti et, d’autre part, d’identifier les actions à mettre en œuvre dans le cadre de la Charte du Parc.

Elle doit contribuer à la définition d’un véritable projet urbain pour la commune, porteur de renouvellement urbain et de préservation de la qualité architecturale et de l’environnement conformément aux objectifs de développement durable inscrits dans la Charte du Parc. Elle doit être à la fois l’occasion d’une participation active des habitants et de leur sensibilisation, afin que le projet émergeant soit un projet partagé entre les élus, le Parc et les habitants.

Le Parc finance à 100% l’étude urbaine (via son programme d’actions, par contractualisation avec les Conseils Généraux de l’Oise et du Val-d’Oise et les Conseils régionaux d’Île-de-France et de Picardie). Tandis que la réalisation des études est confiée à un bureau d’étude privé, le Parc porte la maîtrise d’ouvrage pour le compte des communes. Les cahiers de recommandations architecturales sont des documents de recommandations et de sensibilisation, pratiques et pédagogiques, destinés aux élus et aux candidats à la construction ou à la réhabilitation.

Ils ont pour objectif d’identifier les différents types d’architecture vernaculaire des bourgs et des villages et, à partir de ce recensement, édicter des recommandations adaptées, afin de préserver ou de restaurer ce patrimoine bâti traditionnel dans le respect de son identité. Ils sont réalisés commune par commune, en suivant les unités paysagère du territoire, et sont élaborés, pour le compte du Parc, par un prestataire extérieur.

Atouts et limites : 

Essentiel pour le Parc ; la maîtrise de l‘évolution du territoire est l’objectif premier de la charte. Cette politique constitue le noyau dur de la charte du Parc.

  • Permettre aux élus une connaissance approfondie de leur territoire, y compris dans une dimension historique, afin de leur donner les moyens de faire un urbanisme de qualité.
    Moyen pour le parc d’avoir une connaissance fine, tant paysagère, qu’architecturale et écologique de son territoire.
  • Essentiel pour combattre la banalisation des paysages naturels et bâtis.
  • Expérimente une méthode fondée sur le qualitatif et non sur le quantitatif et le zonage.
  • Expérimente une alternative au zonage tel que les documents d’urbanisme le proposent souvent.

Approche qui peut être transférée à d’autres territoires et documents d’urbanisme (SCOT). Le principe et le cahier des charges des études urbaines peuvent aussi être transférés à d’autres communes, avant l’élaboration de leur PLU.

Date de mise à jour : 
Vendredi 9 nov 2012
Type d'intervention : 
Planification

Fédération des Parcs naturels régionaux de France

9 rue Christiani
75018 Paris
Tél. 01 44 90 86 20
 

randomness