© PNR Massif des Buages
Centre de ressources

La relance des pommes de terre cultivées en terrasses

Objectifs : 
  • Favoriser le maintien des cultures en terrasses qui façonnent les paysages du Parc et participent à la lutte contre la fermeture des paysages.
  • Valoriser les productions issues de ces cultures par la commercialisation sur le marché local.
Contexte : 

L’agriculture est l'activité économique principale du territoire du Parc naturel régional des Monts d’Ardèche. Elle y a façonné un paysage caractérisé par des cultures en terrasses de pierres sèches. Toutefois, les conditions de production, difficiles sur ces territoires en pente, font reculer ces pratiques culturales au profit d’un reboisement couvrant déjà 50% de la surface du territoire. La déprise contribue à la fermeture des paysages et menace un ensemble paysager emblématique.

La Chambre d’agriculture d’Ardèche a mené une étude en 1998 et 1999, pendant la phase de préfiguration du Parc, afin de soutenir le maintien des cultures et approfondir les possibilités de valorisation des productions. Les pommes de terre primeur de la vallée de l’Eyrieux (au nord du territoire du Parc), production emblématique identifiée, vont faire l’objet d’une démarche spécifique de valorisation locale.

Démarches et résultats : 

Le Parc naturel régional des Monts d'Ardèche a accompagné financièrement et techniquement les producteurs de la vallée de l’Eyrieux pour élaborer et mettre en œuvre une stratégie de valorisation locale des pommes de terre primeur, cultivées comme autrefois sur des terrasses de pierres sèches (ou « échamps »), en partenariat avec la Chambre d’agriculture de l’Ardèche. Le projet fut conçu avec l'appui d'une expertise externe :

  • Des cabinets spécialisés en stratégie commerciale puis en communication ont posé les bases stratégiques en matière de commercialisation et de marketing.
  • Parallèlement, une école d’ingénieurs agronomes a défini un conditionnement adapté à la commercialisation des pommes de terre primeur.

Sur la base de ce travail préparatoire, le Parc et la Chambre d’Agriculture ont encouragé les producteurs concernés à se fédérer pour organiser une mise en marché collective de leur produits sur la scène locale. Sous l’impulsion d’un technicien spécialisé de la Chambre d’agriculture, et avec l’aide du Parc, les producteurs se sont constitués en Groupement d’intérêt économique (GIE). Le principe de ce type de structure juridique, à mi-chemin entre l’association et la société, est de permettre à des entreprises indépendantes et déjà constituées, de mettre en commun des moyens afin d’optimiser leur développement.

La marque des « Echamps de l’Eyrieux » est créée sur la base d’un argumentaire commun à destination des distributeurs et consommateurs. Elle permet de mettre en avant et de soutenir une démarche collective de producteurs, et de valoriser une production traditionnelle qui participe à la préservation des patrimoines paysagers. La stratégie commerciale ainsi définie et organisée, les partenaires ont pu tester les techniques de démarchage, les potentialités d’intégration des produits sur le marché local et les modalités de mise en place d’une filière locale de pommes de terre marquées les « Echamps de l’Eyrieux ». Petit à petit, le partenariat avec certains distributeurs du territoire se consolide. En complément, le Parc engage des relations de travail avec les restaurateurs du territoire sur l’élaboration de menus à base de produits locaux (myrtilles, châtaignes). Il les incite à mettre en avant le produit et à s’approvisionner localement. Listes de partenaires, communiqués de presse, permettent aux producteurs et aux restaurateurs de tisser des relations.

Parallèlement, des démonstrations culinaires et des dégustations sont organisées lors du « Marché de la myrtille », des « Castagnades » ou encore des « Pommes de terre/myrtille/châtaigne à la carte ».

Le Parc a soutenu financièrement ce projet pendant les 3 premières années : élaboration de la stratégie, études, documents de promotion… Depuis 2006, il a choisi de se mettre en retrait pour encourager l’investissement des producteurs. Le but, à terme, est en effet que le groupement soit autonome. Le Parc continue toutefois d'appuyer la mise en relation des producteurs avec les restaurateurs, le dossier de presse, l’organisation de la journée de lancement de la saison... Au final, sur les 140 tonnes produites par le GIE, quelques 20 tonnes de pommes de terre en 2005 et le double en 2006 ont été commercialisées localement. Les producteurs constatent qu’en se regroupant, ils s’ouvrent des marchés plus gros et sur une période plus longue (de la mi-avril à la fin juillet) grâce aux actions de démarchage et de commercialisation. La démarche a des effets : depuis le lancement de la marque, des surfaces cultivables ont été défrichées par certains producteurs pour les remettre en culture, participant ainsi à une réouverture des paysages.
Les débouchés locaux désormais consolidés, plusieurs questions se posent chez les producteurs :

  • Élargir la démarche à d’autres productions de la vallée.
  • Créer une marque Parc pour cette production, demandée par certains agriculteurs et considérée comme un prolongement qualitatif de la démarche.
Atouts et limites : 

Le regard extérieur apporté par le cabinet spécialisé, au moment de l’élaboration de la stratégie, s’est avéré essentiel pour donner à la réflexion une légitimité supplémentaire. Il a paru nécessaire également de construire la démarche autour de règles de fonctionnement sérieusement élaborées en amont et respectées. La mutualisation des moyens permet à terme de réduire la contrainte dûe au temps et à l'investissement liés à la recherche de débouchés locaux par le démarchage, et d'en décupler les résultats.

Date de mise à jour : 
Lundi 7 jui 2014
Région : 
Auvergne-Rhône-Alpes
Type d'intervention : 
Expertise technique
Parc: 
Monts d'Ardèche
Thème ressource: 

Fédération des Parcs naturels régionaux de France

9 rue Christiani
75018 Paris
Tél. 01 44 90 86 20
 

randomness