Chargé(e) de mission « Animation territoriale pour une cohabitation pastoralisme – prédation - tourisme »

Dates de publication de l'offre : 
Vendredi 26 avr 2019 - Dimanche 9 juin 2019
Type d'emploi : 
CDD
Nom de l'organisme : 
Parc national des Ecrins
Contexte : 

Le Parc national des Écrins est un établissement public à caractère administratif (EPA) placé sous tutelle du Ministère de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Energie dont les missions sont fixées par la loi et peuvent être consultées sur son site internet : http://www.ecrins-parcnational.fr.
Il est organisé autour d’un siège se situant à Gap et quatre secteurs, dont trois sont constitués de deux
implantations.
Le siège du Parc national des Écrins se compose de quatre services : le secrétariat général, le service
scientifique, le service accueil-communication et le service aménagement.
Le service aménagement est en charge de l'appui au développement local et de l'ingénierie financière.
L'agent recruté(e) sera affecté(e) au sein du service aménagement du Parc national des Écrins.
Il travaillera sous l’autorité de la chef de service et en étroite collaboration avec la chargée de mission « Agriculture et pastoralisme ».

Mission : 

ontexte et objectifs :
Le PNE a mis en place un plan « élevage et prédation » en 2014 suite au retour du loup sur le territoire du parc. Il est construit autour de deux grands volets : un sur l'appui au pastoralisme (cabanes d'alpage, équipements radios, cohabitation randonneurs/chiens de protection, etc.) et l'autre sur la connaissance de la population de loup et la prédation (accroître la connaissance de l'espèce, renforcer la présence des agents sur le terrain) . S'ajoutent à ces deux volets des actions transversales d'études et communication.
A noter que le Parc national des Ecrins compte 113 alpages ovins avec une forte augmentation du gardiennage des troupeaux ces dernières années mais un niveau d’équipement encore insuffisant par endroit. Plus de 90% des alpages ovins sont gardés quotidiennement aujourd’hui.
Depuis quelques années, on constate que le cercle d’acteurs concernés par les conséquences de la prédation s’est élargi aux acteurs du tourisme, du fait principalement des enjeux de cohabitation chiens de protection/randonneurs. Pour autant, les acteurs du tourisme (élus, socio-professionnels, OT, etc.) sont souvent démunis et peu organisés pour installer un dialogue avec la profession agricole sur les actions à mettre en œuvre afin de permettre la cohabitation des activités sur les alpages.
Le PNE a été sollicité dès 2017 pour informer sur le contexte global loup-pastoralisme, rappeler le rôle des chiens de protection des troupeaux, les caractéristiques de leurs comportements, l'importance de l'éducation des chiens, les bons gestes ou comportements à éviter lors des rencontres. Plusieurs réunions ont été organisées auprès des éleveurs et des acteurs du tourisme.

Au delà d’actions ponctuelles animées par le Parc, l’objectif du contrat serait de conduire une animation auprès des acteurs/structures compétentes (pastoralisme, tourisme...) afin de mettre en place une dynamique locale pour :
- informer et communiquer sur les enjeux d’une cohabitation pastoralisme – prédation – tourisme
- renforcer l’accompagnement des élus, éleveurs et bergers sur la problématique des mesures de protection des troupeaux et équipements pastoraux afin de faciliter la cohabitation
- construire un programme de coopération sur cette thématique avec d’autres espaces protégés afin de mutualiser les connaissances, outils, moyens.

Missions : Animation auprès des acteurs/structures compétentes (pastoralisme, tourisme...) afin de mettre en place une dynamique locale pour :

1. Sensibiliser, informer, communiquer auprès des usagers de la montagne (acteurs du pastoralisme, professionnels du tourisme, grand public : locaux et visiteurs, pratiquants d’activités sportives) sur les enjeux de cohabitation pastoralisme – prédation et mesures de protection – tourisme

• Mettre en place un groupe de travail avec des représentants des différents acteurs usagers de la montagne (y compris acteurs du pastoralisme)
• Identifier de manière collective les besoins
• Recenser l’existant et organiser la mise à disposition des outils existants
• Aider à l’émergence de nouvelles actions sur les volets communication et information – sensibilisation : plan de communication, application mobile « Patou t’es où ? » pour localiser les chiens de protection des troupeaux ; randonnées certifiées « sans patou »…
• Sur le territoire du PNE, coordonner des actions de maraudage l’été, construire avec les secteurs un programme d’animation estival du PNE, proposer des supports/outils d’animation, animer le cas échéant
• Mettre en place des indicateurs d’évaluation des actions menées et les renseigner en fin de contrat

2. Sensibiliser, informer et accompagner les élus du territoire sur les enjeux de cohabitation pastoralisme – prédation – tourisme et les difficultés rencontrées notamment du fait de la présence des chiens de protection des troupeaux

• Identifier les problématiques/besoins et proposer des réponses (informations sur le rôle des chiens, responsabilité juridique, outils de communication existants pour faire connaître les chiens au grand public, …)
• Proposer des évènements pour favoriser le partage d’expériences entre communes qui découvrent la problématique chiens de protection et communes pour lesquelles la cohabitation tourisme – chiens de protection se passe bien, dans le but de prévenir l’émergence de conflits d’usage sur les territoires abritant des chiens depuis peu
• Plus globalement : réfléchir à des outils permettant de sensibiliser les élus aux enjeux liés à l’agriculture, au pastoralisme, au multiusage et au partage de l’espace
• Accompagner les communes dans la réalisation de cabanes et d’équipements pastoraux
• Mettre en place des indicateurs d’évaluation des actions menées et les renseigner en fin de contrat

3. Renforcer l’information, la formation, l’accompagnement des éleveurs et bergers confrontés à la prédation pour favoriser la mise en œuvre des aides à la protection des troupeaux et faciliter la cohabitation pastoralisme-tourisme

• Mettre en place un groupe de travail avec les structures compétentes (DDT, CA, FAI, CERPAM, association des bergers, IDELE…) et identifier les besoins
• Identifier les leviers en terme d’animation pour informer les éleveurs/bergers sur les dispositifs d’indemnisation, aides à la protection des troupeaux, responsabilités juridiques, constats réalisés, indices de présence...
• Identifier les leviers en terme d’animation pour accélérer la mise en place d’un réseau local de référents « chiens de protection » dans le cadre de la démarché pilotée par l’IDELE ou en complément
• Apporter un appui à l’organisation de formations concernant l’introduction, l’éducation des chiens, la prévention des conflits
• Faciliter la possibilité d’un appui individuel aux éleveurs/bergers qui rencontrent des difficultés pour la mise en œuvre des mesures de protection, en particulier avec les chiens de protection des troupeaux
• Réfléchir aux suites à donner en cas de comportement problématique d’un chien
• Solliciter et faciliter les échanges entre éleveurs et bergers
• Identifier les outils à développer (base de données sur les éleveurs de chiens, rendre l’information plus accessible sur les aides, traitement des fiches « agressions » …)
• Accompagner les secteurs dans la transmission de l’information sur la prédation aux éleveurs
• Mettre en place des indicateurs d’évaluation des actions menées et les renseigner en fin de contrat

4. En lien avec les acteurs du territoire, construire un programme de coopération « Pour une meilleure cohabitation pastoralisme – tourisme - prédation » avec d’autre espaces naturels concernés par ces enjeux

Les thématiques à l’étude sont les suivantes :
• Renforcer l’accompagnement des éleveurs-bergers confrontés à la prédation sur les démarches administratives, l’information sur les aides et référents, l’appui à l’éducation des chiens. Mettre en place rapidement un réseau de référents techniques sur les chiens de protection (cf modèle de la pastorale pyrénéenne …)
• Mettre en place des dispositifs d’appuis temporaires l’été à l’attention des éleveurs/bergers et des touristes pour mieux gérer la pression de prédation et favoriser cohabitation (brigade bergers, maraudage…)
• Construire un plan de communication collectif et mutualiser les outils de communication pour sensibiliser et informer les usagers de la montagne aux enjeux de cohabitation pastoralisme predation tourisme
• Capitaliser, échanger, diffuser la connaissance/outils et créer une dynamique de réseau
• Mesurer l’impact de la présence du loup et des mesures de protection des troupeaux sur les milieux, la biodiversité et la faune sauvage
• Recherche de cofinancements (LEADER ou autre)

Profil : 

- Formation supérieure niveau ingénieur ou MASTER 2, ou expérience professionnelle équivalente
- Expérience en techniques d’animation territoriale
- Connaissances techniques du pastoralisme et de la prédation avec si possible un focus sur les chiens de protection des troupeaux
- Expérience professionnelle avec le milieu agricole
- Capacité d’écoute et de reformulation
- Capacité à porter un projet sur une thématique « sensible »
- Aisance à la rédaction et à l’oral
- Bonne connaissance des outils informatiques (suite bureautique Libre Office, QGIS, etc.),
- Goût pour travailler au contact d’acteurs variés, en milieu rural montagnard

Informations complémentaires : 

http://www.ecrins-parcnational.fr/contrat-chargee-mission-animation-territoriale-cohabitation-pastoralisme-predation-tourisme

Coordonnées pour postuler: 

Candidature :
Poste à pourvoir à compter du 26 juin 2019.
Les entretiens de sélection auront lieu les 17 ou 18 juin 2019.
Envoyer CV et lettre de motivation manuscrite, avant le 9 juin 2019 à l’adresse suivante :
Parc national des Écrins, Domaine de Charance, 05000 GAP – à l’attention d’Isabelle VIDAL

Fédération des Parcs naturels régionaux de France

9 rue Christiani
75018 Paris
Tél. 01 44 90 86 20
 

randomness